Les Panthères du CMI célèbrent leurs gradués

15 juin 2017 Le programme de hockey des Panthères du Collège Marie-de-l'Incarnation fêtera sous peu ses cinq ans et voit plusieurs de ses produits atteindre le niveau supérieur. Mercredi, l'équipe menée par Denis Francoeur a souligné le travail de 17 d'entre eux.

«Lorsque j'ai dirigé le Drakkar de Baie-Comeau pour remplacer l'entraîneur en séries éliminatoires en 2013, je parlais de mon projet d'académie de hockey aux gens. On m'écoutait par respect, mais peu de gens portaient attention. Aujourd'hui, lorsque j'en parle, les gens nous écoutent», souligne le chef d'orchestre.

Les destinations futures des produits du CMI sont nombreuses et bien différentes. Sept d'entre eux ont été repêchés par une équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec il y a quelques semaines ou en 2016, dont Anthony Allepot, choix de deuxième ronde des Foreurs de Val-d'Or après avoir évolué avec le programme pendant quatre ans. D'autres, comme Benjamin Dion, ont évolué avec Estacades midget AAA la saison dernière après avoir construit ses habiletés avec le CMI pendant trois ans.

Pour d'autres, ce sont les rangs collégiaux québécois qui les attendent. Ils sont quatre à espérer évoluer à ce niveau la saison prochaine. Puis, il y a les futurs «Américains». En effet, pas moins de six joueurs déménageront au pays de l'Oncle Sam pour enfiler le chandail de différents prep schools de la Nouvelle-Angleterre, une des routes privilégiées pour atteindre la NCAA. Bref, Francoeur se réjouissait d'être en mesure d'ouvrir des portes à ses protégés, peu importe le chemin qu'ils emprunteront.

«C'est une question de potentiel. Ceux qui s'en vont dans les prep schools, même s'ils n'ont pas été repêchés, ils ont encore plusieurs options. Ça leur permet d'obtenir un diplôme et peut-être de se retrouver dans quatre ou cinq ans dans la NCAA.»